Intéressant

Biographie de Frédéric le Grand, roi de Prusse

Biographie de Frédéric le Grand, roi de Prusse

Né en 1712, Frédéric-Guillaume II, dit Frédéric le Grand, fut le troisième roi de Prusse Hohenzollern. Bien que la Prusse ait été une partie importante et influente du Saint Empire romain germanique pendant des siècles, sous le règne de Frederick, le petit royaume avait atteint le statut de Grande puissance européenne et avait eu un effet durable sur la politique européenne en général et sur l'Allemagne en particulier. L'influence de Frederick jette une longue ombre sur la culture, la philosophie du gouvernement et l'histoire militaire. Il est l'un des plus importants dirigeants européens de l'histoire, un roi de longue date dont les croyances personnelles et les attitudes ont façonné le monde moderne.

Faits saillants: Frédéric le Grand

  • Aussi connu sous le nom: Frédéric-Guillaume II; Friedrich (Hohenzollern) von Preußen
  • Née: Le 24 janvier 1712 à Berlin, en Allemagne
  • Décédés: 17 août 1786, à Potsdam, en Allemagne
  • Parents: Frédéric-Guillaume Ier, Sophia Dorothea de Hanovre
  • Dynastie: Maison de Hohenzollern
  • Époux: La duchesse autrichienne Elisabeth Christine de Brunswick-Bevern
  • Gouverné: Portions de Prusse 1740-1772; toute la Prusse 1772-1786
  • Héritage: L'Allemagne transformée en une puissance mondiale; modernisé le système juridique; et a promu la liberté de la presse, la tolérance religieuse et les droits des citoyens.

Premières années

Frederick est né dans la maison de Hohenzollern, une grande dynastie allemande. Les Hohenzollern sont devenus des rois, des ducs et des empereurs de la région à partir de la fondation de la dynastie au 11th siècle, jusqu’au renversement de l’aristocratie allemande à la suite de la Première Guerre mondiale en 1918. Le roi Frédéric-Guillaume I er, père de Frédéric, était un roi-soldat enthousiaste qui travaillait à la constitution de l’armée prussienne. une force militaire démesurée. En fait, lorsque Frédéric monta sur le trône en 1740, il hérita d'une armée de 80 000 hommes, une force remarquablement importante pour un si petit royaume. Cette puissance militaire permet à Frédéric d’exercer une influence démesurée sur l’histoire européenne.

En tant que jeune, Frederick a montré peu d'intérêt pour les questions militaires, préférant la poésie et la philosophie; sujets qu'il a étudiés en secret parce que son père désapprouvait; En fait, Frédéric était souvent battu et réprimandé par son père pour ses intérêts.

À l'âge de 18 ans, Frederick a eu un attachement passionné avec un officier de l'armée, Hans Hermann von Katte. Frederick était misérable sous l'autorité de son dur père et envisageait de fuir en Grande-Bretagne, où son grand-père maternel était le roi George I, et il invita Katte à le rejoindre. Lorsque leur complot a été découvert, le roi Frederick William a menacé de l'accuser de trahison et de le dépouiller de son statut de prince héritier, puis de faire exécuter Katte devant son fils.

En 1733, Frederick épousa une duchesse autrichienne Elisabeth Christine de Brunswick-Bevern. Ce fut un mariage politique que Frédéric ressentit. à un moment donné, il a menacé de se suicider avant de céder et de respecter le mariage ordonné par son père. Ceci a planté une graine de sentiment anti-autrichien dans Frederick; il croyait que l'Autriche, longtemps rivale de la Prusse pour son influence dans le Saint Empire romain en ruine, était intransigeante et dangereuse. Cette attitude aurait des conséquences durables pour l'avenir de l'Allemagne et de l'Europe.

Roi en Prusse et succès militaires

Frederick a assumé le trône en 1740 après la mort de son père. Il était officiellement connu comme le roi dans La Prusse, pas le roi de La Prusse, parce qu'il n'avait hérité que d'une partie de ce qu'on appelait traditionnellement la Prusse, les terres et les titres qu'il assumait en 1740 étaient en réalité une série de petites zones souvent séparées par de grandes zones indépendantes de sa volonté. Au cours des trente-deux prochaines années, Frederick utilisera les prouesses militaires de l'armée prussienne et son propre génie stratégique et politique pour récupérer toute la Prusse, se déclarant enfin roi. de La Prusse en 1772 après des décennies de guerre.

Frederick a hérité d'une armée qui était non seulement nombreuse, mais qui avait également été transformée en première force de combat en Europe à l'époque par son père à l'esprit militaire. Avec l'objectif d'une Prusse unie, Frédéric perdit peu de temps à plonger l'Europe dans la guerre.

  • Guerre de Succession d'Autriche. La première chose que Frédéric entreprit fut de contester l'ascension de Marie-Thérèse à la tête de la Maison de Habsbourg, y compris le titre de la Sainte Impératrice romaine. Bien qu’elle soit une femme et n’était donc traditionnellement pas éligible à ce poste, les prétentions juridiques de Maria Theresa s’appuyaient sur le travail juridique imposé par son père, qui était déterminé à garder les terres et le pouvoir de la Habsbourg à la main de la famille. Frédéric refusa de reconnaître la légitimité de Marie-Thérèse et l'utilisa comme prétexte pour occuper la province de Silésie. Il avait une revendication mineure à la province, mais c'était officiellement autrichien. Sous le puissant allié de la France, Frédéric se bat pendant cinq ans. Il utilise brillamment son armée de professionnels bien entraînés. Il défait les Autrichiens en 1745 et assure sa prétention à la Silésie.
  • La guerre de sept ans. En 1756, Frédéric surprend à nouveau le monde avec son occupation de la Saxe, qui est officiellement neutre. Frederick a réagi face à un environnement politique qui a opposé de nombreuses puissances européennes à sa défense. il soupçonnait que ses ennemis allaient agir contre lui et agissait ainsi en premier, mais avait mal calculé et avait presque été détruit. Il réussit à combattre suffisamment les Autrichiens pour imposer un traité de paix qui rétablit le statut de frontière aux frontières en 1756. Bien que Frédéric n'ait pas réussi à conserver la Saxe, il conserva la Silésie, ce qui était remarquable compte tenu du fait qu'il était sur le point de perdre la guerre.
  • Partition de la Pologne. Frédéric avait une faible opinion du peuple polonais et souhaitait prendre la Pologne pour l'exploiter économiquement, dans le but ultime de chasser les Polonais et de les remplacer par des Prussiens. Au cours de plusieurs guerres, Frederick recourut à la propagande, aux victoires militaires et à la diplomatie pour s'emparer de vastes régions de la Pologne, élargissant et reliant ses avoirs et renforçant l'influence et le pouvoir des Prussiens.

Spiritualité, sexualité, talent artistique et racisme

Frederick était presque certainement gay et, remarquablement, très ouvert sur sa sexualité après son accession au trône, se retira dans son domaine à Potsdam où il mena plusieurs affaires avec des officiers masculins et son propre valet, écrivant de la poésie érotique célébrant la forme masculine et la commande de nombreuses sculptures et autres œuvres d'art avec des thèmes homoérotiques distincts.

Bien que officiellement pieux et favorable à la religion (et tolérant, permettant la construction d'une église catholique à Berlin officiellement protestante dans les années 1740), Frederick refusa en privé toutes les religions, qualifiant le christianisme en général de "étrange fiction métaphysique".

Il était aussi presque choquant de racisme, en particulier envers les Polonais, qu’il considérait comme presque sous-humains et ne méritant pas le respect, les appelant en privé «trash», «vil» et «sale».

Homme aux multiples facettes, Frédéric était également un partisan des arts: il commandait des bâtiments, des peintures, de la littérature et de la musique. Il jouait extrêmement bien de la flûte et composait de nombreuses pièces pour cet instrument. Il écrivait volumineusement en français, méprisant la langue allemande et privilégiant le français pour ses expressions artistiques. Adepte des principes des Lumières, Frédéric tenta de se présenter comme un tyran bienveillant, un homme qui ne se disputait en rien avec son autorité mais sur qui on pouvait compter pour améliorer la vie de son peuple. Bien que croyant en général que la culture allemande soit inférieure à celle de la France ou de l’Italie, il s’est efforcé de l’élever, en créant une société royale allemande chargée de promouvoir la langue et la culture allemandes. Sous son autorité, Berlin est devenu un centre culturel majeur de l’Europe.

La mort et l'héritage

Bien que le plus souvent considéré comme un guerrier, Frederick perdit en réalité plus de batailles et fut souvent sauvé par des événements politiques indépendants de sa volonté, ainsi que par l'excellence sans pareille de l'armée prussienne. Tandis qu’il était sans aucun doute brillant comme tacticien et stratège, son impact principal en termes militaires fut la transformation de l’armée prussienne en une force démesurée que la Prusse n’aurait pas été en mesure de soutenir en raison de sa taille relativement petite. On a souvent dit qu'au lieu que la Prusse soit un pays avec une armée, c'était une armée avec un pays; à la fin de son règne, la société prussienne était en grande partie consacrée à la dotation en personnel, à l'approvisionnement et à la formation de l'armée.

Les succès militaires de Frederick et l'expansion du pouvoir prussien ont indirectement conduit à l'établissement de l'empire allemand à la fin du 19th siècle (grâce aux efforts d’Otto von Bismarck), et donc d’une certaine manière aux deux guerres mondiales et à la montée de l’Allemagne nazie. Sans Frédéric, l'Allemagne ne serait peut-être jamais devenue une puissance mondiale.

Sources

  • Domínguez, M. (2017, mars). Quel est l'avantage de Frederick? Le roi guerrier de Prusse. Récupéré le 29 mars 2018.
  • Mansel, P. (3 octobre 2015). Athée et gay, Frédéric le Grand était plus radical que la plupart des dirigeants d'aujourd'hui. Récupéré le 29 mars 2018.
  • Comment le garder dans la famille a sonné le glas de la dynastie royale des Habsbourg. (15 avril 2009). Récupéré le 15 mars 2018.
  • Frédéric-Guillaume Ier de Prusse, le roi soldat | À propos de… (n.d.). Récupéré le 29 mars 2018.
  • Frédéric Guillaume II de Prusse.Wikipédia.